Plus de 1 enfant sur 2* préfère le côté cool plutôt que la sécurité sur la voie publique

La nouvelle collection de cartables de Kipling mise sur le côté cool et sur la visibilité sur le chemin de l’école

Dans un mois, les enfants et les adolescents vont reprendre le chemin de l’école et ils le font le plus souvent en voiture (52 %), à pied (39 %) ou à vélo (29 %). Mais près de 1 enfant sur 2 n’accorde aucune importance à une bonne visibilité. Ils veulent surtout paraître cool et les gilets fluo ou les bandes réfléchissantes ne correspondent pas à cette image. 1 enfant sur 3 craint même d’être brimé s’il porte une telle tenue. C’est surtout dans le secondaire que les jeunes ne sont pas friands d’accessoires fluorescents et réfléchissants. La nouvelle collection « Be Seen » de la marque Kipling apporte une réponse et fait en sorte que les enfants et les adolescents puissent se rendre à l’école d’une manière cool, mais aussi bien visible.

8 enfants sur 10 portent rarement ou ne portent jamais des vêtements munis de bandes réfléchissantes ou des brassards fluorescents qui augmentent leur visibilité dans la circulation. 6 enfants sur 10 ne portent presque jamais de gilet fluo. La principale raison ? Le faible ‘facteur cool’ (60 %) de ces accessoires. Lorsqu’ils se déplacent sur la voie publique, plus de la moitié des enfants veulent surtout paraître cool, même si c’est au détriment de leur visibilité. Pour eux, « Avoir l’air cool » est peu compatible avec des accessoires fluo : 7 enfants sur 10 trouvent que les vestes fluo, les bandes réfléchissantes sur les vêtements ou les brassards fluorescents ne sont pas cool. 44 % d’entre eux éprouvent même de la honte lorsqu’ils doivent porter un gilet fluo pour se rendre à l’école.

Le problème est le plus criant chez les adolescents, semble-t-il : 69 % préfèrent être cool que bien visibles dans la circulation (contre 38 % des élèves de l’école primaire). Qui plus est, ils trouvent les accessoires réfléchissants résolument moins cool que les enfants de moins de 12 ans et en portent donc moins. Les parents confirment que l’entrée dans le secondaire constitue un moment charnière. D’après plus de la moitié d’entre eux, c’est à partir de ce moment-là que leur enfant a refusé de porter des gilets fluo et d’autres accessoires de sécurité.  

Les parents essayent, mais éludent la responsabilité

66 % des parents préféreraient que leur enfant soit bien visible dans la circulation plutôt que d’avoir l’air cool. C’est pourquoi 4 sur 10 d’entre eux imposent à leurs enfants d’enfiler un gilet fluo et 1 sur 3 n’imagine pas les voir partir à l’école sans accessoires réfléchissants. Mais cette approche ne semble guère porter ses fruits. Car en chemin, un tiers des enfants retirent leur gilet fluo en cachette. 1 parent sur 5 en est parfaitement conscient. Par ailleurs, la moitié des parents parlent avec leurs enfants de l’importance de la visibilité, mais chez 37 % d’entre eux, cela suscite des discussions animées avec leurs enfants. En outre, les parents ne donnent pas eux-mêmes le bon exemple. 8 mamans et papas sur 10 ne portent pas non plus de gilet fluorescent ou de bandes réfléchissantes sur leurs vêtements ou leur sac à dos quand ils font du vélo ou se promènent. Plus de la moitié des parents souhaitent toutefois être de bons exemples.

« La sensibilisation au sujet de la visibilité sur le chemin de l’école a surtout un impact sur les enfants fréquentant l’école primaire. Mais une fois arrivés en secondaire, les adolescents décrochent et il n’en faut plus. Je ne peux qu’encourager les innovations produit telles que la nouvelle collection de cartables de Kipling parce qu’elle répond au désir des adolescents d’être cool, tout en améliorant leur visibilité et leur sécurité sur le chemin de l’école, » explique le Pr Tom Brijs de l’UHasselt.

Les parents voudraient que l’école, mais aussi les médias prennent leurs responsabilités. 1 parent sur 2 estime que l’école devrait apprendre à leur enfant comment assurer sa sécurité sur la voie publique. D’après 60 % des parents, les médias peuvent également jouer un rôle important. Ainsi, un tiers d’entre eux estime que le port d’accessoires de sécurité est trop peu promu dans les programmes TV. 3 sur 4 pensent que des célébrités, notamment des sportifs connus, doivent promouvoir davantage la sécurité routière et la visibilité. Enfin, 1 parent sur 3 appelle les entreprises à concevoir des articles plus cool qui améliorent la visibilité.

« En tant que marque de cartables de premier plan, nous sommes très soucieux de la visibilité des enfants et des jeunes sur le chemin de l’école. Avec la nouvelle collection BE SEEN de Kipling, nous combinons donc l’aspect cool avec la visibilité. Les cartables de cette collection sont en nylon réfléchissant avec des imprimés et des couleurs cool. Le cartable le plus cool et visible est celui équipé d’une bande lumineuse. Celle-ci permet aux enfants et aux adolescents d’être plus visibles sur la voie publique, » explique Jurgen Derycke, Marketing Director de Kipling.

*C’est ce qui ressort d’un sondage en ligne par le bureau d’études indépendant iVOX auprès de 1.000 parents belges d’enfants âgés de 8 à 16 ans et de 674 enfants de 8 à 16 ans. Le sondage est représentatif en termes de sexe, de région, d’âge et de diplôme. La marge d’erreur maximale chez 1.000 parents belges s’élève à 3,02 %.

Contactez-nous
Els De Kort Digital Marketing Manager EMEA, Kipling
Karin Struys UPR Corporate
Els De Kort Digital Marketing Manager EMEA, Kipling
Karin Struys UPR Corporate
A propos de Kipling

A propos de Kipling

Kipling conçoit des sacs à main et des sacs à dos hauts en couleurs pour inspirer la mobilité où que vous alliez. Notre histoire a commencé en 1987 au cœur de la capitale de la mode qu'est Anvers (Belgique), avec les emblématiques sacs en nylon froissé. Aujourd'hui, ces sacs et accessoires Kipling bien connus sont disponibles dans le monde entier, dans 436 magasins répartis dans 80 pays. Plus d’info: www.kipling.com